L’objectif du krav-maga est d’apprendre à se défendre en un minimum de temps de formation.
Le krav-maga n’est pas un mélange de différents arts martiaux et n’est pas conçu comme un art c’est une une méthode de combat rapproché.
Dans un souci d’efficacité le krav-maga est évolutif, il s’adresse aux hommes et aux femmes et est adapté aux enfants.
Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n’est pas la compétition.
À cela s’ajoute l’absence de règles et d’a priori, les priorités sont d’essayer de sortir indemne d’une situation dangereuse si possible verbalement et en dernier ressort par le combat.
Imi était un sportif accompli dans plusieurs disciplines : natation, gymnastique, lutte et boxe.
Dans le milieu des années 1930 la Tchécoslovaquie connait une montée du fascisme et de l’antisémitisme. Il réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes, dont la mission était de protèger la communauté juive locale.
Son expérience, fruit des différences entre les combats de rue et les compétitions sportives, a fait émerger les premiers principes du Krav Maga. De par ses actions, Imi du quitter Bratislava.
Après une odyssée de deux ans, il rejoignit la légion Tchèque commandée alors par l’armée britannique ou il servit en différents points du moyen orient.
Il entra alors à la « Haganah » (« défense » en hébreu, qui était une organisation paramilitaire de la population juive) ou il enseigna les techniques de base de la self-défense alors appelé Kapap (krav panim el panim, qui signifie en hébreu « combat face à face ») , le nom Krav Maga vint plus tard, puis continua ses activités au Palmach (en hébreu פלמ »ח, acronyme de Plugot Maḥatz littéralement, « unité de choc ») ou il devient naturellement instructeur en chef (le Palmach était une unité d’élite la plus proche d’une armée que la Haganah pouvait créer à cette époque), et ensuite à Tsahal, l’armée officiel israélienne. C’est à Tsahal, pendant vingt ans, qu’Imi perfectionne le système, tout en s’occupant de l’enseignement des instructeurs et des membres d’unités d’élite de l’armée. Revenus à la vie civil il décide d’ouvrir la méthode au monde civil. Il créera deux club un à Netanya et un à Tel-aviv et formera ses premier instructeurs pour le civil, certains d’entre eux étaient issu de tsahal déja formé par Imi.

Fermer le menu