Naissance du krav maga

Le krav-maga de l’hébreu קרב מגע qui signifie littéralement « combat rapproché »

Le krav maga est une méthode d’autodéfense Israélienne. À l’origine, il a été créé par Imi Lichtenfeld  pour défendre sa communauté dans les années 1940, à Bratislava (Tchécoslovaquie). Suite aux attaques répétées des milices fascistes, Imi c’est imposé en leader et à vite compris que les pratiques sportives étaient obsolètes dans la rue où il n’y a ni respect, ni code, ni arbitre. Il a donc commencé à développer les premiers principes qui étaient alors des principes de « Défenses / Attaques, » de ce qui sera plus tard le krav maga. Imi l’a ensuite enseigné pour les besoins de l’armée Israélienne après avoir été instructeur puis chef instructeur, il développera et enseignera la méthode pendant plus de 20 ans dans l’armée. il formera les premiers instructeurs, le premier fut Eli Aviksar, Raphi el Grissy et Haim Zut… et bien d’autres suivirent. A la fin de son temps d’armée il décide d’enseigner le krav maga aux civils en 1967. il élaborera un programme adapté que l’on appellera le « Imi système ». Imi ouvrira deux écoles à Nétanya et Tel aviv. Imi décèdera en Janvier 1998. Haim Guidon repris l’école de Nétanya et beaucoup d’autres créèrent leurs propres écoles, certains même avant le décès d’Imi (avec son accord) comme Eyal yanilov avec l’IKMF. Aujourd’hui le krav maga est utilisé par de nombreuses polices et troupes d’élites internationales. Ie krav maga connaît également un vif intérêt chez les civils.


Objectif du krav maga

L’objectif du krav maga est d’apprendre à se défendre en un minimum de temps de formation.
Le krav maga n’est pas un mélange de différents arts martiaux ou sports de combat c’est une méthode de combat rapproché avec son identité ses fondamentaux et sa philosophie.
Dans un souci d’efficacité le krav maga est évolutif (il évolue avec notre société), mais garde toujours ses fondamentaux, il s’adresse aux hommes et aux femmes et est adapté aux enfants.
Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n’est pas la compétition.
À cela s’ajoute l’absence de règle et d’à priori, les priorités sont d’essayer de sortir indemne d’une situation dangereuse si possible verbalement et en dernier ressort par le combat.
Imi était un sportif accompli dans plusieurs disciplines : natation, gymnastique, lutte, boxe et pratiquait également la danse.
Dans le milieu des années 1930 la Tchécoslovaquie connait une montée du fascisme et de l’antisémitisme. Imi réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes, dont la mission était de protéger la communauté juive locale.
Son expérience, fruit des différences entre les combats de rue et les compétitions sportives, a fait émerger les premiers principes du krav maga. De par ses actions, Imi du quitter Bratislava…
Après une odyssée de deux ans, il rejoignit la légion Tchèque commandée alors par l’armée britannique ou il servit en différents points du moyen orient.
Il entra alors à la « Haganah » (« défense » en hébreu, qui était une organisation paramilitaire de la population juive) ou il enseigna les techniques de base de la self-défense alors appelé Kapap (krav panim el panim, qui signifie en hébreu « combat face à face ») , le nom krav maga vint plus tard, puis continua ses activités au Palmach (en hébreu פלמ »ח, acronyme de Plugot Maḥatz littéralement, « unité de choc ») ou il devient naturellement instructeur en chef (le Palmach était une unité d’élite la plus proche d’une armée que la Haganah pouvait créer à cette époque), et ensuite à Tsahal, l’armée officiel Israélienne. C’est à Tsahal, pendant vingt ans, qu’Imi perfectionne le système, tout en s’occupant de l’enseignement des instructeurs et des membres d’unités d’élite de l’armée. Revenus à la vie civil il décide d’ouvrir la méthode au monde civil. Il créera deux club un à Netanya et un à Tel-aviv et formera ses premiers instructeurs pour le civil, certains d’entre eux étaient issus de tsahal déjà formé par Imi.

La philosophie du Krav Maga

le système du krav maga développé par Imi est fondé sur des valeurs morales et humaines, qui soulignent l’importance de l’intégrité, de l’humilité et du respect d’autrui.
La Philosophie du krav maga repose sur une constante recherche de simplicité, de logique et d’efficacité. Il se dégage un mode de pensée cohérent et logique architecturé autour de 4 points essentiels :

Efficacité : Le krav maga est avant tout une méthode moderne de combat corps à corps et de Self-défense adaptée à la réalité du terrain militaire ou civil. On ne retient que ce qui est réellement efficace.

Simplicité : L’efficacité de la discipline passe par des mouvements qui se révèlent les plus simples, basée sur les réflexes naturels du corps humain. On met en place une « mémoire » musculaire et réflexogène.

Rapidité : La technique étant calquée sur les réflexes naturels du corps humain avec un travail sur des extensions de ceux-ci, les techniques sont plus rapides à réaliser en cas de confrontation physique. Il est impératif de mettre fin au plus vite à une situation dangereuse.

Maitrise : Ces techniques étant très efficaces, une grande rigueur morale est nécessaire au contrôle de soi, la défense doit être proportionnelle à l’attaque.

Il n’y a pas de notion de compétition ou d’être le plus fort, la finalité est de préservé au mieux son intégrité physique dans une situation d’agression, et ceci quel que soit la force de l’agresseur.

 

Les 7 principes du krav maga d’imi Lichtenfeld

1 : Un principe de prévention et de bon sens : éviter de se retrouver dans une situation dangereuse, par exemple l’auto-stop, éviter les individus peu engageants, éviter de traverser à pied un quartier dangereux en ville, etc…
2 : Le krav maga est une technique d’auto-défense basée sur les réflexes naturels du corps humain.
3 : Se défendre et riposter par la voie la plus courte et depuis la position où l’on se trouve, en privilégiant le minimum de risque.
4 : En fonction de la situation, et selon le besoin, en fonction du danger, essayer de décourager celui-ci en parlant.
5 : Utiliser les points sensibles du corps humain (yeux, gorge, parties génitales, plexus etc…) pour atteindre ou maîtriser l’adversaire.
6 : Essayer d’utiliser en priorité tous les objets à sa portée, puis les armes naturelles du corps en dernier recours.
7 : Pas de loi (pas de règles à respecter), aucune limitation sur le plan des techniques, pas d’interdits, tous les coups sont permis.

Il en existe un 8eme qui est un principe de sécurité pendant l’entraînement éviter de se blesser ou de blesser un partenaire.

« Maîtrisez si bien la self-défense que vous n’aurez jamais à tuer qui que ce soit » ( Imi Lichtenfeld ).

Texte: Frédéric Richeda. Photos: KMIDP.

12049465_999072906820252_2399705411764888295_n248134_169420476452170_7890000_n

Fermer le menu